Le forum des institutions provençales.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Amour, gloire et... Couvent ?

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Prunille
Légende Provençale
Prunille

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyJeu 07 Oct 2010, 22:06

[HRP : Suite d'une discussion houleuse qui eut lieu en commission noblesse. RP fermé, possibilité de participer après approbation de LJD Prunille, moi quoi. Bonne lecture.
Ah, au fait, je recherche des PNJ. Même mode de recrutement.]


Et après, il y a les gens qui croient savoir et qui en fait se trompent.
Parce qu'ils ne savent pas eux-mêmes ce qu'est l'amour.

Sourit jaune.


Dernière édition par Prunille le Dim 17 Oct 2010, 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Milady
Personnage mort.
Personnage mort.
Milady

Nombre d'interventions : 5038
Date d'inscription : 14/07/2010

Feuille de personnage
Nom: Constance de Champlecy-Grandfonds
Titre de noblesse: Còmtessa
Fief : Cassis

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyVen 08 Oct 2010, 20:48

Alors toi hein dans le genre je demande à l'archevêque de me baptiser alors que mon frère ne me trouve pas prête, juste pour avoir le la possibilité d'épouser un noble hein.... pour les leçons tu reviendras ! T'es l'exemple même de la femme, presque femme, vénale !

Il n'y a aucun mérite à être noble en poussant les barrières comme tu le fais, je préfère encore faire face à un baron au moins je me dis qu'il y a une idée de mérite...

Bref tu es pathétique...


Je ne sais pas qui est ce noble mais franchement le pauvre va être le dindon de la farce.
Revenir en haut Aller en bas
Prunille
Légende Provençale
Prunille

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Honneur   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyVen 08 Oct 2010, 21:53

Rouge à la fois de honte, honte d'être ainsi traitée devant toute la noblesse de Provence, et rouge de colère, que celle qu'elle considère comme son amie aie manifestement décidé de lui pourrir sa courte vie.

Déconcertée, à la limite d'entarter celle qui était si mal placée pour donner des leçons de morale, elle réprime son geste dans un violent tremblement.

Soit, après tout... On lui avait déjà fait plus mal que ça... Quoique... Jamais on avait porté de telles accusations envers elle. Encore moins quelqu'un qu'elle appréciait.

Choquée, elle tourna les talons et s'en fut en courant, aveuglée par les larmes qui n'avaient pas tardé à faire leur apparition, renonçant à toute défense. S'isoler, disparaitre, mourir, apparaissait crescendo la liste de ses priorités.

Quoi que Mila aie pu en dire, les sentiments qui animaient Prunille à l'égard de Mateù étaient sincères et louables. Même si à présent il ne pourrait plus l'aimer. Elle finirait bien par se faire une raison.

Tout ça parce qu'il y a quelques mois elle avait osé plaisanter à propos d'un poste qu'elle n'aurait pu obtenir qu'en étant noble... Avant la rencontre à Apt, avant d'aimer...

Vie détruite par quelques phrases, pensait-elle à ce moment précis.

Un bureau, vide. Elle s'y enferme, dans le noir, se terre dans un coin pour pouvoir y pleurer tout son saoul, sans que personne ne puisse la voir et lui dire quoique ce soit qui la blesserait encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
Milady
Personnage mort.
Personnage mort.
Milady

Nombre d'interventions : 5038
Date d'inscription : 14/07/2010

Feuille de personnage
Nom: Constance de Champlecy-Grandfonds
Titre de noblesse: Còmtessa
Fief : Cassis

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyVen 08 Oct 2010, 22:17

Bon les larmes... quand ce n'était pas un caprice c'était les larmes. Prunille quoi ! Ceci dit elle était et resterait toujours la jeune fille perdue sortie du couvent qui avait froid.

Mila soupire. Manquerait plus qu'elle soit amoureuse en plus de vénale et elle aurait tout gagné la jeunette. Finalement amoureuse serait pire.

Sans prêter attention à ceux qui étaient présent elle la suivit d'un pas leste, c'est qu'elle courrait vite, pour ne pas la perdre.

A coup sûr elle allait se faire envoyer promener. Enfin pas la première fois que ça lui arriverait ça d'être envoyée promenée... sauf que là il s'agissait d'une amie.

Elle voit la Cianfarano s'enfermer dans un bureau et reste bêtement devant la porte sans oser l'ouvrir. Il faut finalement se décider alors Mila ouvre cette satanée porte, s'accroupit près de Prunille et la regarde sans rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
Prunille
Légende Provençale
Prunille

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptySam 09 Oct 2010, 11:16

Entend la porte grincer.
Elle ne bouge pas d'un pouce.
Roulée en boule, le visage contre ses genoux.
Elle ne veut même pas voir de qui il s'agit.
Et pourtant, elle finit par le savoir, quand cette personne vient s'accroupir à côté d'elle.
Ça sentait le Yumiella.

Instinctivement, elle lui tourne le dos.
Ne pas lui offrir le spectacle de son visage ravagé par les larmes.
Se taire, ne rien lui offrir d'autre que son silence entrecoupé de sanglots.
Revenir en haut Aller en bas
Milady
Personnage mort.
Personnage mort.
Milady

Nombre d'interventions : 5038
Date d'inscription : 14/07/2010

Feuille de personnage
Nom: Constance de Champlecy-Grandfonds
Titre de noblesse: Còmtessa
Fief : Cassis

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptySam 09 Oct 2010, 13:32

Que faire ? Lui parler, l'approcher plus au risque de s'en prendre une ou se taire par couardise ?

La peur n'est plus grand chose quand une amie pleure autant sous vos yeux. Si elle s'en prenait une tant pis, elle l'avait un peu méritée, mais un peu hein parce que ce baptême...

Mila cherche les mots pour lui dire qu'elle ne veut que lui faire comprendre qu'un mariage, un baptême c'est quelque chose de sérieux, qu'on ne joue pas avec le Très Haut, qu'elle n'aurait soit, pas dû l'humilier en public mais qu'elle avait cru, et c'était une erreur, faire cela pour son bien, malgré l'agressivité...

Tu l'aimes ?

Aussitôt la question posée, elle se mord la langue. Quelle idiote de demander ça. Si Prunille répondait "oui" elle se retrouverait comme une idiote que ce soit sincère ou pas. Et si elle avait demandé ça juste parce qu'au delà de ses convictions elle avait une amie sous ses yeux, une amie anéantie...
Revenir en haut Aller en bas
Prunille
Légende Provençale
Prunille

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptySam 09 Oct 2010, 16:16

Quelques instants de silence, et puis...

Tu l'aimes ?

Essayer de calmer les mouvements incontrôlés de son diaphragme pour pouvoir aligner trois lettres...

Oui.

Et ça repart de plus belle.
Dans sa tête, ses idées se précisaient, teintées de tragique.
Oui elle l'aimait de tout son cœur et de toute son âme.
Même si ses rêves venaient de voler en éclat.

Qu'allait-elle faire à présent ?
Il était hors de question qu'elle reparaisse à la commission.
Ni nulle par ailleurs.
Elle savait.
Rentrer au presbytère.
Emballer quelques affaires.
Écrire un petit mot à Tonton, pour lui expliquer, et le remercier.
Retourner au couvent, conformément à la volonté de Yueel.
Tout finit là où tout a commencé.

Enfin débarrasser le plancher.

Comment aurait-elle trouvé la force de se battre ?
La partie était perdue d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Milady
Personnage mort.
Personnage mort.
Milady

Nombre d'interventions : 5038
Date d'inscription : 14/07/2010

Feuille de personnage
Nom: Constance de Champlecy-Grandfonds
Titre de noblesse: Còmtessa
Fief : Cassis

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyDim 10 Oct 2010, 20:09

Oui... la réponse qu'elle craignait. Il lui fallait donc peser ses mots pour ne pas froisser les sentiments de Prunille. Pas simple un premier amour c'est toujours un sujet fragile, vivement le suivant.

Donc tu l'aimes mais tu es jeune...

Mila cherchait, réfléchissait, tournait en rond inlassablement, faisant presque fi des sanglots. En fait c'est l'impression que ça donnait mais elle n'était point désintéressée par les pleurs de son amie... Elle finit par s'arrêter et s'accroupir de nouveau près de Prunille.

Bon, je ne vois qu'un solution... il faut que tu oublies ces sentiments qui n'ont aucun sens, tu es trop jeune. Peut être un séjour au couvent, retrouver ton harmonie avec l'Eglise ?
Revenir en haut Aller en bas
Prunille
Légende Provençale
Prunille

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyDim 10 Oct 2010, 20:31

Jeune ?
Qu'est-ce que ça voulait dire, jeune ?
Elle ne se trouvait pas jeune.
La plupart de ses camarades de couvent en avaient été retirées à 13 ou 14 ans pour être mariées de force à des vieux barbons lubriques et boiteux.
Elle avait la chance d'aimer.


Bon, je ne vois qu'un solution... il faut que tu oublies ces sentiments qui n'ont aucun sens, tu es trop jeune. Peut être un séjour au couvent, retrouver ton harmonie avec l'Eglise ?

Sursaut.
Elle se redresse, en appui sur ses poignet, dardant ses yeux rougis vers le visage de Mila.


L'aimer, ça n'a pas de sens ?!
Le sens de la vie c'est l'Amour !
C'est ce qui est écrit dans la pastorale !

C'est ma vie qui n'a pas de sens ?
C'est ça ?
Je ne mérite pas de vivre ?
Vous voulez vous débarrasser de moi ? M'enfermer dans un couvent parce que j'ai l'audace d'aimer ?!
En quoi aimer est contraire aux enseignements d'Aristote et de Christos ? En quoi ?!


Brusque retombée de la fièvre qui l'a prise.
Elle appuie son front contre le mur.
Assez fort pour que l'on puisse dire qu'elle l'y avait claqué.


Vous avez gagné.
Je vais m'en aller.
Cesser de vous gêner.
Et lui pensera que je ne l'aimais que pour son titre, alors il m'oubliera.
Au moins il ne sera pas trop malheureux.


Elle se relève en s'aidant du mur et essuie d'un revers de manche ses yeux embués.

Je... Je vais aller faire mes paquets et dire adieu à Tonton, si tu le permets.
Revenir en haut Aller en bas
Milady
Personnage mort.
Personnage mort.
Milady

Nombre d'interventions : 5038
Date d'inscription : 14/07/2010

Feuille de personnage
Nom: Constance de Champlecy-Grandfonds
Titre de noblesse: Còmtessa
Fief : Cassis

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyLun 11 Oct 2010, 00:13

Mila regarde Prunille et hausse les épaules.

Tu sais quoi ? Tu ne racontes que des bêtises ! Mais alors énormes en plus...

Tu l'aimes ? Tu penses qu'on exagère ? Alors sois à la hauteur de cet amour immense que tu dis avoir et bats toi cruche !

Si ton amour est si pur et sincère envoie-moi promener, laisse ton orgueil de côté et va lui dire que je ne raconte que des idioties.

Mais cesse de toujours dire que ta vie est fichue que tu vas partir et de pleurer dès que quelque chose te contrarie !


Mila fixe la jeune fille, s'avance vers elle et dépose un baiser sur son front brûlant.

Une dernière chose ; essaies de ne pas rompre tes liens avec ton frère.

Revenir en haut Aller en bas
Prunille
Légende Provençale
Prunille

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyLun 11 Oct 2010, 16:17

Elle entend, mais déjà les phrases et les gestes ne l'atteignent plus.

Non, c'est trop tard...
Même s'il me croyait, il a été offensé dans son honneur, devant toute la noblesse de Provence...
C'est impossible.


Elle contourne Mila, et pose sa main sur la porte.
Le fait de devoir quitter sa retraite, son petit coin sombre où elle se dérobait au regard des autres lui tire un nouveau sanglot.
Néanmoins, elle pousse le battant, franchit l'ouverture, et s'en retourne direction Brignoles.
Revenir en haut Aller en bas
Prunille
Légende Provençale
Prunille

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyLun 11 Oct 2010, 17:46

[Et après avoir quitté Aix... Retour à Brignoles.]

Le marchand qui a bien voulu la ramener jusqu'à Brignoles la dépose devant le presbytère.
Sa maison...
Plus pour longtemps.
Elle monte directement dans sa chambre.
Sac de toile, elle y glisse une bourse, quelques vêtements de nuit, son livre des vertus.
Puis s'installe à sa table de travail.
Deux parchemins, une plume, de l'encre.
Deux lettres, de sa belle écriture un peu tremblante de presque encore écolière.


Citation :
Yu,

Comme tu le souhaitais, je pars au couvent, parfaire ma culture aristotélicienne et avancer sur le chemin de la Vertu.

Je t'aime,

Pru.

PS : Donne toutes mes affaires aux pauvres.

Citation :
Tonton,

Je pars au couvent, en Italie. J'ai entendu parler d'un très bien, à Florence. Je t'enverrai l'adresse quand je la connaitrai plus en détail.
Tu va sans doute te demander pourquoi...
Et bien, en commission noblesse *tache d'encre provoquée par une larme* a dit devant tous les nobles de Provence, donc devant le Baroùn de Grimaud (je ne crois pas être encore en droit de l'appeler par son prénom) que je ne l'épousais que pour son titre de noblesse et que j'étais une *autre tache* vénale.
Tu comprendras donc que lui comme moi sommes humiliés, et je ne pourrais supporter de réapparaitre en public après un pareil affront...
Puisque je dois renoncer à l'aimer, j'aime autant m'épargner la douleur de le revoir.
Aussi, Tonton, si je n'ai qu'une seule et dernière volonté à t'imposer, cela sera la suivante : Ne va pas le voir, ne tente pas d'arranger les choses.
Après tout le couvent de Florence n'a pas l'air aussi terrible que celui de mon enfance, j'aurai la satisfaction de terminer ma vie en faisant quelque bien autour de moi, et je pourrai prier pour vous en imaginant ce que vous êtes devenus.

*Troisième tache*brasse très fort tous les Cianfarano de ma part, ainsi que Miss, Pillon et Véro ma sauveuse.

Je t'aime très fort, tu vas beaucoup me manquer,

Prunille.

PS : Je te confie aussi la garde du chat. Ne lui donne pas trop à manger sinon il deviendra obèse.

Une fois les lettres finies, elle se dévêt de sa robe de cendal grise, pour enfiler une chemise fine et par dessus la bure de son arrivée, déterrée du fond d'une malle.
Noue ses cheveux à l'aide d'un simple ruban blanc, et avec des sanglots redoublés, ôte le bracelet d'or accroché à son poignet.
Plie un nouveau feuillet en forme d'enveloppe, le dépose dedans après l'avoir mille fois baisé, et y joint un mot, un simple mot sur lequel furent tracées à grande peine les cinq lettres composant "Adieu".
Note "Mateù de Sabran, Baroùn de Grimaud" sur l'enveloppe, et quitte sa chambre après avoir une dernière fois embrassé du regard ce lit où elle avait coulé de si calmes nuits, ces murs constellés de croquis de tenues inachevés, cette immense armoire et ces malles pleines de souvenirs, et cette table de travail sur laquelle elle avait passé tant d'heures...
La porte se referme, elle descend.
Descend à la cuisine, et emballe une miche de pain et deux pommes dans un torchon, et y ajoute une bouteille de vin.
Sur la table, elle pose le mot destiné à Yueel, bien en évidence.
Puis sort, emportant ses paquets, sans se retourner.

Au premier gamin qu'elle trouve, elle confie la lettre pour Gabcha, accompagnée d'une piécette pour sa peine.
Pour le paquet de Grimaud, elle préfère s'adresser directement à un coursier, quitte à payer le prix fort, elle voulait juste être certaine que cela arrive à bon port.
Enfin, en évitant soigneusement la proximité de la mairie ou des tavernes, se rend jusqu'au bureau de la diligence, et grimpe dans la première en partant pour l'Italie.

Au revoir, Provence... Ou adieu ?


Dernière édition par Prunille le Dim 17 Oct 2010, 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
CastelOrAzur
Fossile Provençal
CastelOrAzur

Nombre d'interventions : 2665
Localisation InGame : Arles
Date d'inscription : 02/06/2006

Feuille de personnage
Nom:
Titre de noblesse: Chevalier
Fief : Grimaud

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyLun 11 Oct 2010, 21:36

Les mondanités allaient bon train dans la grande salle abritant la commission noblesse. Les échanges y étaient parfois vifs, souvent obsolètes et toujours intéressés.

Alors que la séance matinale touchait à sa fin, un nouveau conflit éclata. Rapidement, le ton monta entre Prunille et Mila. Même s’il ne saisit pas immédiatement la substance de la discussion, Mateù se montra particulièrement captivé. Faut dire que, depuis quelques temps, il était fort attentif à tout ce qui effleurait de près comme de loin la jolie blonde.

Assis, les coudes plantés dans son pupitre, le vieux Baron entremêla ses mains pour qu’elles puissent soutenir son menton. Pour mieux comprendre ce que les deux furies se lançaient, il plissa les yeux. Reflexe ô combien ridicule, convenons-en.

Bref, toujours est-il que le silence s’installa. Le brouhaha cessa.

Chacun se tut.

Le calme.

Enfin, le calme… Ce dernier ne régnait dans la salle que pour amplifier le spectacle donné par les deux femmes.

Quand il comprit qu’on parlait de lui, l’Arlésien se crispa. D’habitude, il souriait. C’était important qu’on devise sur lui. Qu’on le loue ou qu’on l’injure, au moins, il avait le sentiment de laisser une marque.


Je ne sais pas qui est ce noble mais franchement le pauvre va être le dindon de la farce.

Mila lâcha LA phrase assassine.

Quelques jours auparavant, Mateù avait reçu un courrier de Gabcha. Ce dernier l’invitait à se rendre sur les terres d’Apt. Là, il pourrait y rencontrer Mademoiselle Prunille. Evidemment, ça sentait le piège à plein nez. Ceci dit, dans sa lettre, l’oncle Gabcha avait pris soin d’adjoindre « vierge » à la quantité d’adjectifs qu’il avait utilisés pour qualifier la belle.

Ce petit épithète valait le risque comme le déplacement.

Mené par son instinct insatiable, le Baron s’est donc rendu à Apt. Cependant, cette rencontre produisit un effet incommensurable. Et après moult cogitations et ressentis, il décida de « faire bonne impression ». Elle le méritait, elle était digne d’être chérie, d’être exclusive.
Tout ceci ne souffrait de l’ombre d’un doute !

Mais l’attaque de Mila… L’agitation qui suivit… La sortie théâtrale de Prunille… Cette minute fatidique chatouilla l’honneur et la fierté du Baron comme jamais.

Tout le gratin était présent. Bien sûr, tous ne savaient sans doute pas de qui parlait Mila. Mais les rumeurs volent si rapidement dans les ailes du Château d’Aix…

Et puis, de toute façon, comment pourraient-ils se montrer en public, lui et Prunille ? Là, cette vision le dégouttait, alors qu’elle était son souhait le plus sûr il y a quelques minutes encore.

La Cianfarano fila, sans un regard. Sa tortionnaire lui emboita le pas.

Mateù observa la scène d’un regard étrange. Dans un premier temps, ses yeux étaient restés vides d’incrédulité. Ensuite, ils rougirent. D’abord de colère, ensuite de tristesse.

Illusions étrillées devant la Noblesse entière.

Le Baron perdit sa constance, sa patience et sa posture au même instant. Il posa les mains à plat sur le pupitre qui lui servit d’appui pour se lever. Il n’osa défier le regard des Nobles présents.

Sans détacher les yeux de la porte de sortie, il avança d’un pas sûr. Du moins, il essayait de l’assurer au mieux, malgré une drôle de sensation dans les cuisses. Il avait les jambes coupées.

Depuis que les deux femmes avaient quitté la scène, le silence était réapparu. Un silence pesant, lourd. Les premiers chuchotements s’interrogèrent : Mais de qui parlait-elle ? Qui s’est laissé piégé par cette paire de fesses ?

Malheureusement, quelques échos répondirent. C’en était trop, il fallait sortir de toute urgence. Mateù hâta le pas.

Conserver ce qui lui restait de dignité, voilà sa priorité. Si on l’interroge à ce sujet, il lui suffira de nier en bloc.

Sera-ce possible ?

Il franchit le seuil. Les lourdes portes se refermèrent derrière lui. Il se plaqua dos à elles, côté extérieur. Il ferma les yeux et prit une profonde inspiration. Alors, il lança deux ou trois mouvement de tête -en arrière- qui résonnèrent dans le bois.

Reprenant ses esprits, le Baron se remit en marche. Ses projets s’éclaircirent soudain : retour à Grimaud, où un courrier et sans doute un paquet laissé sans réponse l’attendait…


_________________
Amour, gloire et... Couvent ? 121212012256130262

- Mateù 'Castel' de Sabran -
Vicomte de Fréjus, Baron de Grimaud, Seigneur de Nans-les-Pins, Seigneur de Lambesc, Seigneur de Callas, Chevalier Teutonique

Revenir en haut Aller en bas
Yluxe
Personnage mort.
Personnage mort.
Yluxe

Nombre d'interventions : 486
Localisation InGame : Disparue
Métier : Fantôme.
Date d'inscription : 18/02/2007

Feuille de personnage
Nom: de Cianfarano
Titre de noblesse: Dona
Fief : Bonnieux

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyMar 12 Oct 2010, 13:56

[Apt]

Le pli de la jeune Prunille parvient sans encombres jusqu'à Apt, dans les mains d'une jeune et jolie domestique empressée de le délivrer à son destinataire, messire Gabcha.
Mais plus empressée encore auprès d'Axer l'irrésistible valet de Bonnieux, qui repart justement avec un courrier du comte pour sa maitresse, l'écervelée en oublie son devoir.
Une main aux fesses, un rire étouffé; jupon retroussé et décolleté visité sans pudeur derrière un buisson du parc.

Il en faut moins pour que le pli destiné à Bonnieux revienne au comte et que la lettre de Prunille parvienne à Yluxe.

[Bonnieux, peu de temps après]

La veuve Cianfarano tourne et retourne l'enveloppe arrivée entre ses mains.
Evidemment, elle a vu que le courrier ne lui était pas adressé, pourquoi l'ouvrirait-elle?
La curiosité, bien sûr...
M'enfin, personne n'est au courant: Axer ne sachant pas lire, il ne s'est pas aperçu de son erreur et la dame de Bonnieux l'a congédié avant qu'elle ne se rende compte de quoi que ce soit.
Elle se mord la lèvre, torturée à l'envie de céder à la curiosité, sachant très bien que ...ah...et puis tant pis...que risquait-elle? Au mieux, Gabcha ne saurait jamais, sa curiosité serait assouvie, elle serait déçue et point barre. Au pire?

D'un mouvement rapide pour ne plus changer d'avis, elle décachète le pli et parcourt la lettre.

Hum. Cela devient compliqué.

Difficile de faire la taupe. Son beau-frère serait au courant d'un moment à un autre. Et le contenu de la lettre impliquait de prendre une décision rapide. Elle ne pouvait laisser quelqu'un de la famille dans pareille situation.

AAAAAAAXEEEEEEEEEER!

Le valet pointe le bout de son nez dans son bureau, un peu intrigué de voir sa maitresse hurler de la sorte. C'est qu'elle est plutôt douce d'habitude la mère Yluxe. Raide, mais pas le genre à gueuler.
-Préparez mon cheval le plus rapide. Vite. Je dois aller à Apt.
Et il faudra que nous ayons une discussion sur le fait que ce pli me soit parvenu alors qu'il était destiné à Gabcha.

-Oui m'dame, c'est que m'dame...
-Plus tard! Mon cheval n'est-il pas encore scellé? Dépêchez-vous enfin!


Axer file droit devant le regard noir de sa maîtresse.
Yluxe enfile des braies, une chemise de flanelle et une veste de laine confortable -Deos lui pardonnera de ne pas porter la jupe si c'est pour agir de la sorte, mais c'est tellement plus pratique pour chevaucher. Elle glisse la fameuse lettre sous sa chemise, pique trois épingles dans ses cheveux pour les faire tenir et gagne -pronto- les écuries.

Le trajet jusqu'à Apt est sans surprise, sans être empli de mille pensées.
Prunille amoureuse. Aristote l'en préserve, aussi beau que soit le sentiment. Et de Grimaud qui plus est. Celui là n'est pas non plus réputé pour sa fidélité et sa chasteté -Yluxe en avait elle-même joué pour tenter de gagner sa faveur lors d'un match de soule.
Sans parler de la réaction de Gabcha qui veillait sur Prunille comme de l'huile sur le feu, l'adorable tonton.
Mais au fond serait-il peut-être rassuré de voir sa nièce prendre l'habit plutôt que de courir après des hommes bien plus âgés qu'elle? Cela lui ferait un fardeau de moins à traîner dans la famille, planquée au couvent, en sécurité, enfin une dont on aurait moins à se soucier. La descendance était déjà assurée quoiqu'il arrive. Adoptive certes, mais légitime...

Somme toute, finir au couvent, pour une jeune file si prometteuse, une hérésie! Il doit bien y avoir quelque chose à faire. Aaah, l'impulsive passion de la jeunesse...


[Apt]
Elle passe le poste de garde et démonte au pied des appartements de Gabcha à Apt.
D'un pas rapide, elle monte les escaliers et frappe énergiquement à la porte de son beau frère.
Revenir en haut Aller en bas
Prunille
Légende Provençale
Prunille

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyMar 12 Oct 2010, 14:27

[Cinquième jour de voyage, entre Chiavari et La Spezia]

Foule dans le coche.
Un marchand Lombard d'environ quarante ans, une vieille génoise qui passait son temps à dormir, et ouvrait systématiquement les yeux cinq minutes avant chaque arrêt, comme si elle le pressentait, et un couple de niçois accompagnés de leurs cinq marmots. Trois garçons, assis en rang d'oignons, et soumis aux œillades réprobatrices du Pater Familias à chaque mouvement qu'ils faisaient, et deux filles, la dernière qui ne devait pas avoir plus de quelques semaines, dans les bras de sa mère, et l'avant-dernière qui avait élu domicile sur les genoux de Prunille.
Au moins, son babillage la distrayait de ses pensées.
Il fallait sans cesse lui conter des histoires.
Plutôt que de parler de princes et de bergères, comme elle faisait d'habitude, elle lui résumait des passages du livre des vertus.
Allez savoir pourquoi.
Toujours est-il que la gamine se tordait de rire à chaque fois qu'elle racontait comment Sainte Boulasse avait survécu à la noyade.
Rire qui se communiquait à toute la diligence, et qui parvenait parfois à lui tirer un sourire.
Malgré l'insistance de la jeune mère de famille, elle n'arrivait plus à ouvrir la bouche dès qu'on lui demandait pourquoi elle semblait si triste.
Peut-être parce qu'elle se mordait la langue pour empêcher un accès de faiblesse.
Ils avaient donc fini par acter la mélancolie de Prunille, et ne posaient plus de question.

Mais pour le moment, Enrieto dormait.
La tête appuyée contre la structure en bois de la voiture, indifférente aux secousses et aux cahots, la Cianfarano pensait.
Les yeux fermés, dans un demi-sommeil, se dessinait inlassablement une pléthore de visages.
Elle voyait le sourire évasif qui ne manquait jamais de se dessiner sur les lèvres de Gabcha quand il disait des vers.
Yueel, dans ses trop rares éclats de rire.
L'expression de satisfaction de Miss quand elle reposait sa chope vide devant elle.
Le regard de Mila à l'instant où elle l'a traitée de femme vénale.
La douceur de Véro... La poule au pot, le chaton, le baiser de paix, et "la vie n'est pas faite que pour les autres".
Le regard facétieux de Pillon quand un bouh laid entrait en taverne.
Les petites angoisses de la Marquise...
La bienveillance de Fayence.
Le cercle de Cianfarano se formant autour d'elle, en rempart, le lendemain d'Avignon...
L'étreinte de Tonton ce jour là.
Le yeux perdus de Mila face à son enfant, le premier jour...

Et sans cesse, Mateù.
Le sourire un peu anxieux. Le regard vibrant d'intensité. La caresse de son pouce sur le dos de sa main. Son odeur, son rythme cardiaque, sa fréquence respiratoire, quand elle avait posé sa joue contre sa poitrine. Sa chute dans la mare. Ses réflexions à voix haute pendant les cérémonies d'allégeances. La façon qu'il avait de se frotter la nuque quand il était gêné... Les petites choses qui faisaient que c'était lui, et pas un autre, marquées dans ses entrailles avec un fer chauffé à blanc.

Du revers de la main, elle essuie les larmes qui perlent de nouveau au coin de ses yeux, et prend une profonde respiration pour évacuer la nausée.
Son regard rencontre celui de la vieille, et de la matrone qui discutent en lui lançant des œillades à la dérobée.
Elle soupire.
Le coche s'arrête.
Plus que deux jours, et elle sera à Florence.
Revenir en haut Aller en bas
Gabcha de Cianfarano
Dito d’ounour
Gabcha de Cianfarano

Nombre d'interventions : 789
Localisation InGame : Brignoles
Date d'inscription : 29/03/2010

Feuille de personnage
Nom: de Cianfarano
Titre de noblesse:
Fief :

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyMer 13 Oct 2010, 15:27

Apt, appartements du Grand Tisserand G de C.

Gabriel, je vous remercie pour la décoration florale de la Chapelle. Le mariage d'Agadir et de Zaza s'est très bien déroulé, et en partie grâce à vous. Je vous offre donc cette bouteille de Pessac datant de 1422! Vous pouvez disposer. Je compte faire appel à vous dans les prochains jours...Vous m'enseignerez l'Art des petites fleurs.


Gabriel, le jeune protégé de Monseigneur Ludovi de Sabran, s'inclinait devant Gabcha de Cianfarano quand quelqu'un frappa énergiquement à la porte donnant accès au bureau.

Entrez!

Le patriarche de la Famiglia se leva de son fauteuil en velours carmin, et vit sa belle-soeur Yluxe se glisser dans son espace intime. Depuis quelques temps, il commençait à trouver cette dernière sensuelle et pleine d'esprit. Bien évidemment, il était hors de question qu'il touche à une femme...Mais bon...Si un jour, un boucher coupait les seins de la Dame et lui ajoutait quelques bouts de viande...Elle en deviendrait pratiquement consommable.

Tandis que l'éphèbe sortait de la pièce, Cianfarano se dirigea vers l'arrivante, lui effleura la main des lèvres et lui affirma, en souriant...


Vous pénétrez assez sauvagement dans mon intérieur, délicieuse Yluxe! Quelle est la raison de cet engouement?
Revenir en haut Aller en bas
Yluxe
Personnage mort.
Personnage mort.
Yluxe

Nombre d'interventions : 486
Localisation InGame : Disparue
Métier : Fantôme.
Date d'inscription : 18/02/2007

Feuille de personnage
Nom: de Cianfarano
Titre de noblesse: Dona
Fief : Bonnieux

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyMer 13 Oct 2010, 17:47

[Apt, toujours...]

Gabcha a écrit:
Entrez!

A l'ordre venu de l'intérieur, Yluxe sort de sa rêverie. L'attente n'avait pas été longue, mais le tableau d'amazone suspendu devant la porte de Gabcha l'avait plongé dans une contemplation profonde...quelle sauvagerie que cette mutilation!

Elle entre. Une première visite. La décoration est élégante et confortable. Dans la lignée Cianfarano, reconnaissable entre mille.
Un sourire à Gabriel, domestique valable, lui.
Au baise-main de Gabcha, elle s'offusque

Allons, allons, pas de manière entre nous, et nous sommes en privé!
Et "smack", une bise sur la joue. Dans cette sphère intime, pas de risque de choquer grand-monde.

Mais venons-en au fait.
Debout, cherchant le parchemin de Prunille dans son sous-vêtement, elle s'excuse

Pardonnez cette intrusion cher beau-frère mais j'ai pensé que l'affaire se devait d'être traitée dans l'urgence.

S'approchant du fauteuil de velours où il avait repris place, et sans sourciller, elle lui tend le document noirci de l'écriture mal-assurée de sa nièce.
Pas d'explications, pas d'excuses pour avoir ouvert le courrier, le caractère urgent noierait le poisson...du moins l'espérait-elle...

Ceci est arrivé par erreur chez moi et je pense que vous devez en prendre lecture. Je suis venue au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Gabcha de Cianfarano
Dito d’ounour
Gabcha de Cianfarano

Nombre d'interventions : 789
Localisation InGame : Brignoles
Date d'inscription : 29/03/2010

Feuille de personnage
Nom: de Cianfarano
Titre de noblesse:
Fief :

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyMer 13 Oct 2010, 20:30

Encore de la lecture…Seigneur Aristote…Je veille sur des intellectuels…Tout dans l’alphabet, rien dans le charnel…Heureusement que j’existe pour faire basculer la tendance de la Provence.

Gabcha prit la missive des mains d’Yluxe…

Prunille, tiens donc…Ah, tu ne peux savoir comme je suis fier de ma Blonde. Constante, régulière, fière et docile, elle mènera les Cianfarano sur le chemin de la Gloire Fécondante. Avec Grimaud, elle forme un couple qui me donnera au minimum quatre descendants…Et que me raconte la Vierge ?

Trois longs sabliers passèrent. De temps à autre, le patriarche regardait sa belle-sœur …Soupirait…Puis replongeait ses yeux dans l’enfer des mots. Finalement, le parchemin tomba très sobrement sur le sol…Cianfarano se leva, se dirigea vers son écritoire, prit une plume et rédigea ceci…

Citation :
Ma Chérie,

Dans la vie, trois valeurs sont primordiales : l’amour, l’amitié et la fidélité. Le reste, c’est du Néant.
Les convenances, l’argent, les titres, la guerre, les navires, les soies, la politique, l’économie, le commerce…Ce sont des illusions idiotes pour ceux qui ne vivent pas les trois valeurs précitées.

Tu as une chance incroyable : tu es aimée par Grimaud…Et tu l’aimes. Quel est le problème ?

Votre duo suscite des jalousies ? On vous reproche quoi ? D’être beaux et bien nés ? La pureté de vos intentions , à l’un et à l’autre ? Vos doux petits émois de puceaux ?

En résumé, Ma Chérie, tu as trois jours pour rentrer à Brignoles…Sinon, je te bouffe ton chat obèse.

Signé,

Tonton Gabcha.

Puis, lentement, il se tourna vers Yluxe et lui demanda...

Pourriez-vous corriger mon écrit, Ma Dame? Apportez aussi les macarons!
Revenir en haut Aller en bas
Yluxe
Personnage mort.
Personnage mort.
Yluxe

Nombre d'interventions : 486
Localisation InGame : Disparue
Métier : Fantôme.
Date d'inscription : 18/02/2007

Feuille de personnage
Nom: de Cianfarano
Titre de noblesse: Dona
Fief : Bonnieux

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyVen 15 Oct 2010, 11:13

[Apt, tandis que d'autres voyagent]

Un ordre étant un ordre, Yluxe se plie à celui ci avec...gourmandise.
Avisant la boîte de friandises sur une console elle s'en va les quérir et tend la boîte vers Gabcha, n'osant se servir elle-même.

Puis, par dessus son épaule alors qu'il est toujours à l'écritoire, elle parcourt les quelques lignes. Zieutant les macarons, elle se demande si son beau-frère est devenu fou ou s'il pense vraiment que le chat est un met si raffiné, pour qu'il puisse poser une telle menace. Une certitude, tout comme Yluxe, Gabcha n'approuvait pas du tout le choix de la donzelle.

Raclement de gorge.

Rrraem...Hum...dans le fond, je pense que vous n'avez pas tort.
Mais le ton me paraît...hum

Yluxe imagine Prunille éplorée découvrant la lettre et ses lèvres se crispent en une petite moue
Elle semble déterminée. Mais il faut qu'on la sorte de là...du couvent je veux dire...
Êtes-vous sûr d'être écouté? Une jeune fille passionnée n'obéit souvent qu'à son cœur. Hélas, les actions qui en découlent ne sont pas des plus avisées. Peut-être un ton, certes ferme...mais moins...carnivore? Ou alors, l'extirper du couvent par la force, mais je vous l'avoue je suis peu encline à utiliser ce genre de moyens. Aristote risquerait de nous en blâmer indéfiniment...


N'y tenant plus elle avance la main vers un des gâteaux colorés et pose la question qui lui brûle les lèvres depuis déjà un petit moment
Et...enfin...Grimaud, je veux dire...êtes-vous sûr des sentiments qu'il lui porte?
Ce n'est pas qu'il me soit tout à fait désagréable, mais enfin...sa réputation n'est pas non plus avantageuse. Disons que ce n'est pas la panacée dans le genre mari idéal!

Et elle croque avec délectation dans le petit dessert.
Revenir en haut Aller en bas
Gabcha de Cianfarano
Dito d’ounour
Gabcha de Cianfarano

Nombre d'interventions : 789
Localisation InGame : Brignoles
Date d'inscription : 29/03/2010

Feuille de personnage
Nom: de Cianfarano
Titre de noblesse:
Fief :

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptySam 16 Oct 2010, 12:10

Un ton moins ferme…Ne pas parler du chat, par exemple ? Bon ! Mais en revanche, je vais la placer dans la culpabilisation, j’adore cette technique…Reprenons, ma belle Yluxe…Et laissez moi quelques macarons, ma suceuse !

Il reprit sa plume, et recommença sa missive…

Citation :
Ma Chérie,

Dans la vie, trois valeurs sont primordiales : l’amour, l’amitié et la fidélité. Le reste, c’est du Néant.
Les convenances, l’argent, les titres, la guerre, les navires, les soies, la politique, l’économie, le commerce…Ce sont des illusions idiotes pour ceux qui ne vivent pas les trois valeurs précitées.

Tu as une chance incroyable : tu es aimée par Grimaud…Et tu l’aimes. Quel est le problème ?

Votre duo suscite des jalousies ? On vous reproche quoi ? D’être beaux et bien nés ? La pureté de vos intentions , à l’un et à l’autre ? Vos doux petits émois de puceaux ?

Ici, la situation est dramatique : Marquise Poil veut abdiquer…Elle estime qu’elle n’a pas su te protéger de la méchanceté des hommes. Pillon a menacé de se suicider…Elle t’aime tant…Même le Baroùn Castor est devenu terne et pleure …Surtout qu’il voulait que tu lui crées un mantel !

Reviens, Ma Chérie, reviens…La Provence sans toi, c’est la Savoie !

Signé,

Tonton Gabcha.

Ps : ton frère Yueel est à côté de moi. Je lui laisse le mot de la fin…

Gabcha se mit à rire, et se tournant vers sa belle-sœur, ajouta…

Et le sommet du sommet ! Attention les yeux ! La fausse signature !

Amour, gloire et... Couvent ? Yuyur

Ah, ma Croqueuse, je suis un manipulateur de l’extrême, mais c’est pour la bonne cause. Grimaud, cet Etre Lumineux, qui va combattre les hérétiques en Anjou, serait un mauvais parti ? Voyons , voyons, voyons…

Cianfarano regarda Yluxe dans les yeux et lui déclara…

Vous êtes jalouse de votre nièce, car vous désirez commettre l’acte de chair avec ce grand guerrier ! Avouez, coquine !
Revenir en haut Aller en bas
Prunille
Légende Provençale
Prunille

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyDim 17 Oct 2010, 18:49

Citation :
Casa Santo Nome di Gesù
Piazza del Carmine, 21,
Firenze.

Cher Tonton,

Pardonne-moi de t'importuner avec cette lettre. Visiblement, je n'arrive pas à faire aussi bien que je le souhaite la coupure entre mon passé et mon avenir.
Toi et tous les Cianfarano me manquez déjà beaucoup.

Florence est une ville magnifique. Je l'ai visitée, hier, avant d'aller frapper au couvent. Tant de merveilles piquent les yeux et les laissent emplis d'un éclat indescriptible.

La basilique Santa Croce, la cathédrale et son immense duomo, le campanile, et un baptistère qui donnerait des frissons à Monseigneur, un splendide bronze de Donatello représentant David et de magnifiques tableaux de Fra Angelico, il faudra que je t'explique un procédé intéressant qu'il utilise pour ses tableaux, "la perspective". En tout cas, c'est ce que m'a expliqué le moine qui me les a montrés. L'italien est plutôt facile à comprendre, même si je n'arrive pas encore du tout à m'exprimer.

Et je ne te décris même pas les tenues des Florentines, Tonton... Et encore, je ne me suis pas introduite à la cour de Cosimo de' Medici !

J'essaie de ne pas penser que je devais visiter la ville avec le Baroùn, et tout est pour le mieux, même si j'ai beaucoup pleuré et prié pour lui sur les bancs de Santa Croce, ainsi que pour tout le monde.

Enfin, à présent me voilà au couvent dans ma bure de novice. Il parait que je dois patienter un an avant de pouvoir épouser le Très-Haut.

C'est bien, au moins cela me laissera le temps de m'habituer à l'idée de devoir me raser la tête. Mais ma détermination à embrasser une vie de prière n'en est pas moins forte.

La sœur apothicaire étant la seule à savoir parler français, c'est à elle que j'ai été confiée. Elle se nomme Suora Paola. Je lui donnerais quarante ans, elle est très gentille malgré un horrible poireau qu'elle a sur le nez. Elle va continuer à m'apprendre comment soigner les malades et les blessés, je ne sais pas si tu te souviens, j'avais commencé avec le Baroùn d'Orange...

Et peut-être que si je suis bonne et pieuse comme elle, dans quelques années, je pourrai à mon tour transmettre mon savoir à quelque nouvelle arrivante...

Mais je vais devoir te laisser jusqu'à une prochaine fois, ma chandelle est presque éteinte... Il va être l'heure des vêpres, et ensuite Suora Paola doit m'emmener au jardin, pour cueillir certaines plantes qui ne peuvent l'être que la nuit, et apprendre à les préparer. J'espère être une élève appliquée et digne de l'enseignement qu'elle va me prodiguer !

Je t'embrasse fort,

Prunille.

Noter l'adresse sur le pli, et y joindre quelques écus pour le port.
Considérer la missive déposée sur sa table de travail, et pousser un long soupir...
Essayer d'être positive, pour ne pas l'inquiéter, son Tonton qu'elle aimait tant.
Elle était heureuse qu'il ne puisse pas la voir.
Son visage pâle et cerné et ses yeux presque constamment rouges lui donnaient l'aspect d'une revenante...
Malgré la gentillesse de Suora Paola, elle se sentait seule, affreusement seule.
Mais elle ne voulait pas revenir en Provence.
Ne pas infliger à Mateù la douleur de la revoir.
Ne pas s'infliger la douleur de le revoir.
Prier, simplement, pour qu'il aille bien, en espérant que quelque part, quelqu'un prie pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
yueel
Personnage mort.
Personnage mort.
yueel

Nombre d'interventions : 8572
Localisation InGame : Brignoles
Métier : Boulanger, Admin 3 :P
Date d'inscription : 29/05/2008

Feuille de personnage
Nom:
Titre de noblesse:
Fief :

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyMar 19 Oct 2010, 13:26

[Dans l'Eglise de Brignoles, au confessionnal en pleine méditation soporifique]

Yueel dormait mal ... Très mal! Enfin libéré de sa charge préférée, quoique libéré n'était pas le bon mot, vu qu'elle avait été confiée à la fière moche sans queue ni tête qui pue ... Il devra évidemment s'en s'occuper de nouveau par la suite, puisque bon, les déficits seront de retour vu l'intelligence digne d'une larve de l'actuelle ...

Mais ce n'était pas pour cela qu'il dormait mal. Ni pour des problèmes avec Dieu. Il s'était encore une fois offert à Lui nu toute la nuit, à la nef. Oui, dans ses habits de naissance, humble pécheur qu'il est, il a prié encore et encore pour la sauvegarde de la Provence, de la Familia et de la Marquise. Les poires du CC étaient mûres, ils ne tarderaient pas à goûter leurs chairs. Espérons qu'elles soient du même acabit que l'an dernier.

Le vrai souci c'était Prunille. Sa soeur s'était mise en tête d'aimer un Sabran, déjà marié de surcroît et qui ne semblait pas se préoccuper du fait que Yueel devait être consulté sur toute affaire concernant le dernier cadeau que ses parents lui ont laissé. La prunelle de ses yeux, sa petite fille, son petit bout de chou qui travaillait sans relâche, qui faisait souvent des bêtises mais bon c'était sa soeur.

Se souvenant de l'omelette aux champignons, il se dit qu'il en aimerait bien une. Mais elle était partie ... Partie loin, loin, loin sans dire où ... Ou peut être avait elle menti. Où avait elle pu disparaître. Et Tonton qui voulait une alliance Sabran-Cianfarano. Mais il ne pouvait pas trouver mieux que le vieux Grimace? Deuxième noces.

Yueel maugréa :
Ma soeur n'est pas un second prix! C'est une petite demoiselle de haute lignée, une enfant hors du commun, qui arrive à rendre les moches et bêtes de Provence jalouses d'elle, un peu plus mariables. Elle n'est pas du niveau des parvenues qui s'offrent au premier venu. Elle devrait avoir le droit de se faire courtiser durant des mois par des dizaines de beaux garçons, virils, bien faits, qui lui donneront de beaux enfants héritiers de terres, afin que jamais elle ne se retrouve seule et sans aides.

Il lui avait écrit une chanson ... Il l'avait exprimé le voeu qu'elle soit utile pour le Comté. Elle qui était si douée pour discourir elle avait fait l'effort de se jeter dans les livres de comptes et s'en était plus que bien sortie. Elle devenait chaque jour, plus femme. Pourquoi devait elle choisir pour le devenir encore plus d'être mariée? C'était pas si urgent. C'était pas forcément si pressant. Si Sabran ... Un breton aurait été mieux quand même. Une alliance du meilleur de la Provence et d'un gentilhomme de Bretagne ça aurait eu de la gueule. Et pis elle serait resté en Provence. Parce que le breton il est mignon, mais comme il est un petit peu ... Bah il aurait compris que sa soeur ne pouvait pas partir au loin. Pas possible. Pas envisageable. Ou alors demander son transfert. Obtiendrait il une charge la bas? Il était aristolicien mais Yueel n'aimait pas demander des choses.

Il devrait aller au couvent, ça lui ferait du bien tiens. Mais à 5 jours des comtales ... Etait est ce raisonnable? Rauh une petite retraite. Le temps d'écrire une lettre ... Le temps qu'elle revienne. Qui sait elle est bien capable de revenir. Tonton Réthy disait souvent :
"Souvent femme varie."

Bon, Yueel n'avait pas bien compris ... Evidemment le chapitre des femmes, lui était inconnu ou si peu. C'est pas qu'ils les aimaient pas mais comment s'offrir au Très Haut, si on n'est pas vierge, pure et entièrement disposé à Lui? Déjà qu'il trouvait qu'il s'occupait trop des autres peu de Lui. Il lui parlait souvent. Ce dernier l'inspirait. Il était la moitié de sa vie. Celle que les Tonton ne comprenait pas toujours. Parce qu'aimer quelqu'un sans enveloppe charnel, sans réponse concrète ... C'était difficile à comprendre. Dans sa jeunesse, quand Yueel lisait le Livre des Vertus, quand il était au séminaire, il avait jouit. Oui, oui, jouit. De cet Amour divin, dont le Seigneur l'avait enveloppé.

Pourquoi ne voulait elle pas comprendre que son destin était de devenir Cardinale et Marquise? Non pas qu'Hersende ne soit pas au niveau pour cette situation. Juste voir le Marquisat resplendir de noblesse de travail et de religion, c'était un rêve. Elle serait la Matriarche des provençaux, aussi bien sur le plan politique que religieux. Voilà ce qui devrait être le destin de Prunille; et elle, elle gâche tout. Par une amourette, arrangée ... Avec un vieux grimaçant qui n'en était pas à sa première rombière. Qui avait déjà un héritier mâle. Ses héritiers n'auront que des seconds rôles ou alors devront prendre des risques énormes pour s'en sortir. Nul doute qu'ils y parviendraient mais leur éviter des difficultés était un point important que Prunille négligeait. Et puis à son âge si jeune, cette petite enfant pourrait elle s'occuper de l'enfant d'une autre qui aurait presque son âge? Lui mettrait elle de la mie de pain dans les trous de nez pour ... faire la sale timbrée?

Il fallait agir, demandez à la Marquise de s'entourer de demoiselles de compagnies, intelligentes, graciles, talentueuse dans les arts et dans la foi ... Et Vierges de surcroît. Car oui, Prunille était vierge. Un viol, ça ne compte pas. Il avait lu et lu tout ce qu'il pouvait trouver pour le justifier. Le Très Haut ne pouvait que pardonner à une pauvre petite ouaille innocente du péché qu'un autre a commis sur elle. Pauvre petite choupette. Le couvent au moins elle était sûre de ne pas avoir de problème à ce niveau. Ne l'avait pas rejoint par crise ... Prunille était assez capricieuse. Il avait fallu du temps pour la convaincre que charpentière était une bonne idée. Mais ça lui avait plu. Et puis elle continuait à Maison Cianfarano.


Un jour, ma soeur sera comtesse, non pas par vanité mais parce qu'elle le mérite. Parce qu'elle est déjà Donà sans le titre. En attendant, son titre elle l'aura pas par mariage et arrangement avec un baron second choix. Elle l'aura au mérite. Elle l'aura parce qu'elle sera la meilleure. Elle le prouvera. Elle a déjà prouvé qu'elle réussissait tout ou presque ... Bon d'accord sauf la cuisine et le ménage. Mais Poil aime tellement cela faire le ménage en chantant. Je le jure Très Haut, je l'appuierai, je l'aiderai je la conseillerai. Je la blâmerai pire que si c'était Comtesse la Drôlesse, et ce pour des erreurs minimes, elle doit être grande, la couronne est peut être lourde à porter quand on n'est pas né ou fait pour cela. Ma soeur l'est, je ne doute pas. Veillez sur elle, tous les Saints et les Archanges, car ma Soeur, démontrera à la fin de sa vie qu'elle a sa place parmi vous. Parce qu'elle est une Martyre, parce qu'elle est travailleuse, parce qu'elle sauvera la Provence des incompétents. Ramènez la à mes côtés!!!


Yueel se signa. Puis il quitta l'Eglise, c'était l'heure de manger et Pillon ne savait faire que des tartines ... Et sincèrement, il n'avait envie que de liquide. De la liqueur de poire évidemment.

Revenir en haut Aller en bas
Prunille
Légende Provençale
Prunille

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyLun 25 Oct 2010, 11:53

[Santo Nome di Gesù, infirmerie]

Longue attente...
Les jours se suivent et se ressemblent.
Elle n'avait toujours pas reçu réponse à ses premières lettres.
Remarque...
Cela lui éviterait de rester liée à sa vie d'avant.
Et elle pouvait parfaitement comprendre leur colère.
Elle s'était enfuie comme une voleuse...
Sans même s'excuser d'avoir jeté le discrédit sur le nom des Cianfarano.

Assise à une table de travail, elle s'occupe à copier les différents remèdes dictés par Suora Paola, et les utilisations des différentes plantes, desquelles elle rajoutait un dessin afin de pouvoir se remémorer leur apparence.


Citation :
Le bleuet est une plante bisannuelle d'un à deux pieds et demi poussant en Europe dans les champs de céréales que l'on utilise entière.
Il est prescrit comme décongestionnant en cas de conjonctivite, orgelet ou soins de la peau.
Peut également en cas de stomatite, ou pour des soins du cuir chevelu.
Infusion de 20 g pour 1 litre d'eau en compresse ou soins externes.
Pour les orgelets : Laisser infuser 60 g de bleuet pendant 1/2 heure dans un litre d'eau bouillante, laisser refroidir, appliquer en bain d'œil.
Pour les conjonctivites : faire bouillir 30 g de fleurs pendant 1/4 d'heure dans un litre d'eau, laisser refroidir, appliquer en bain d'œil.

L'olivier est un arbre vivace du bassin méditérranéen poussant sur les sols secs et pierreux dont on utilise les feuilles et l'écorce.
Il est utile dans les cas d'hypertension, on le prescrit aussi pour le diabète. Egalement en cas d'artériosclérose, constipation, lithiase urinaire.
Une poignée de feuilles dans un litre d'eau bouillir puis laisser infuser 10 minutes boire à volonté.
La consommation d'huile d'olive permet d'éliminer les toxines, stimule le métabolisme, favorise la digestion, abaisse le taux de cholestérol et prévient le dessèchement de la peau. Chez les enfants elle favorise la croissance osseuse et la calcification du squelette.
En cure une cuillère à soupe d'huile d'olive le matin à jeun.

Mais prendre des notes laissait hélas à son esprit tout le loisir de vagabonder.
Elle aimait mille fois mieux devoir s'occuper directement des malades et blessés, au moins cela ne lui laissait guère le loisir de penser à la Provence et à Grimaud.
D'ailleurs, Suora Paola s'était imaginé avoir affaire à une jeune fille précieuse et dégoûtée par les malades et blessés...
Il n'en était rien, soulager la misère d'autrui était la seule chose permettant à Prunille de ne pas sombrer en permanence dans la mélancolie la plus profonde.
Remettre une mèche de cheveux derrière son oreille...


Citation :
Patience :
Plante des terrains incultes, bord des chemins et des fossés de 2,7 pieds dont on utilise les feuilles et racines séchées.
Dépurative du sang, la patience est utilisée dans les maladies chroniques de la peau et du foie. Elle est légèrement laxative, stimule la sécrétion de bile et les intestins.
Également : Anémie, rhumatismes, constipation.
Et en usage externe : Dartres, ulcères, dermatoses, abcès, psoriasis.
En infusion : 20 g de racine coupée pour un litre d'eau, bouillir 2 minutes,laisser infuser 10 minutes, boire en deux jours.
En usage externe : La pulpe de la racine fraîche s'emploie pour les ulcères, cataplasmes de fleurs et feuilles sur les dartres, abcès, gale, dermatoses.


Source : http://www.lepetitherboriste.net/
Revenir en haut Aller en bas
CastelOrAzur
Fossile Provençal
CastelOrAzur

Nombre d'interventions : 2665
Localisation InGame : Arles
Date d'inscription : 02/06/2006

Feuille de personnage
Nom:
Titre de noblesse: Chevalier
Fief : Grimaud

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyLun 25 Oct 2010, 21:19

Le trajet entre Aix et Grimaud avait été accompli d’une traite. S’éloigner le plus rapidement possible de la capitale était devenu vital.


[Grimaud]


Dès qu’il mit pied-à-terre, le Baron se dirigea vers son cabinet de travail. Une grande table y trônait, en plein centre. Celle-ci était encombrée. Mateù entama une fouille impatiente. Il fit glisser entre ses doigts une multitude de courriers. Ne trouvant pas le pli recherché, il perdit patience et balaya son bureau d’un revers du bras. Papier, encre et plume volèrent dans la pièce. Un cri compléta la scène. Un râle, à mi-chemin entre rage et peine.

Ensuite, en frappant la table du poing, Mateù expulsa un tas de quelques feuilles encore place. Il trouva enfin l’objet de sa recherche. Il se saisit de la fameuse lettre, l’écartela nerveusement entre ses mains avant de la relire.

Le papier portait la signature de l’Etat-Major de l’Ordre Teutonique. Il s’agissait d’un ordre de mission. Un Haut Dignitaire était appelé à escorter une poignée de jeunes sans grades. Il s’agissait d’une mission volontaire, tant elle paraissait périlleuse. C’était d’ailleurs pourquoi le Baron, pas plus téméraire que ça, avait égaré la convocation.

Mais à cet instant, il ne pensait qu’à redorer son blason, à retrouver un semblant de dignité. Cela passait-il par une mission quasi-suicide ? Probablement pas, bien entendu. Mais l’Arlésien rêvait de reconnaissance et d’exploits. Il en avait toujours eu besoin. Et aujourd’hui, plus que jamais.

Il était bien décidé à répondre positivement à cet appel.



[Thorens, Savoie, Commanderie générale de l’Ordre Teutonique]


Mes Frères, vos craintes me touchent, vraiment. Le Baron marqua un arrêt et balaya le local du regard. La Salle Capitulaire était pleine.

Mais je vous prie de valider mon ordre de mission. Ma décision est prise. Quelques soupirent embrumèrent les lieux. Mateù eut du mal à distinguer s’il s’agissait de bruits las, admiratifs ou inquiets.

Tous ses Frères ne comprenaient pas son engagement. Un Chevalier n’était en aucun cas censé accepter pareille mission. Mais Mateù en avait besoin, tout simplement. Etrange folie que l’amour propre. L’Arlésien pensait-il que tout pouvait s’équilibrer de la sorte ? Un évènement héroïque pour en contrebalancer un humiliant ?

Le Grand Maitre de l’Ordre signifia la fin de la réunion.

Le Maréchal Teutonique tint à s’entretenir en privé avec Mateù. Après avoir vainement tenté de le dissuader, le chef militaire donna les derniers détails : Le Baron sera à la tête d’un groupe composé de quatre hommes. Ils seront chargés d’infiltrer une forteresse, prétendu siège d’un groupuscule hérétique. Il leur faudra être le plus discret possible, d’où l’effectif réduit. L’instabilité politique de la région n’autorisera aucun dérapage. Une fois à l’intérieur, ce groupe d’espions localisera un prisonnier bien précis. Ce dernier repéré, il s’agira de l’empêcher de divulguer des informations à l’ennemi. Par n’importe quel moyen.

Le Provençal frémit. Ca ne sera pas de la rigolade. Mais trop tard pour se dégonfler…



[Le lendemain, toujours à Thorens]


Le commando était réuni. Mateù avait fait connaissance avec ses subordonnés. Quatre jeunes types. Ils n’étaient pas au courant de la moitié du danger qui les attendait, et déjà, il suintait la peur à vue d’œil.

En selle ! ordonna Mateù.

Mais un laquais interrompit le départ :
Baron ! Un paquet est arrivé pour vous !

Mateù soupira une moue énervée et s’empara du colis. Peu d’indications. Seul son nom et son titre apparaissait. Il déchira l’enveloppe et libéra un pliage et un effluve. Les doigts tremblant, il ouvrit cette seconde enveloppe. D’une main, il la retourna afin que le contenu vienne glisser dans l’autre.

Bien sûr… Ce parfum… Ce bijou, plusieurs fois embrassé...

Prunille…

Après tout, comment lui en vouloir ? Mateù s’en ému une minute.

Ensuite, il se rappela à quel point elle l’avait sali !

Oui, mais bien malgré elle ceci dit…

Sans doute, mais sali quand même !

D’un geste vif, il remit le bracelet en place. Alors qu’il s’apprêtait à chiffonner le papier, il remarqua le « Adieu » qui y figurait. Instantanément, il se fit plus lent, apathique. La main qui tenait l’enveloppe plongea sous sa cape, dans une poche intérieure. Le regard vide, il joint les mains devant la bouche et expira lentement.

Bien que cruelles, ces cinq lettre avaient le mérite de clarifier les choses. Finalement, elle était bien cette petite, elle comprenait les choses. La qualité de son éducation ne faisait aucun doute. Faudrait en féliciter l’Oncle Gabcha à l’occasion.

Si elle se présente un jour.

Avant d’enfiler ses gants, derniers ustensiles avant départ, l’Arlésien plaqua une main contre sa poitrine, contre le bracelet. Comme cet or brillait moins à présent. Comme il semblait banal.

Comme il lui manquait un poignet élégant.

Comme Prunille manquait à Mateù…



[Colle del Piccolo San Bernardo, frontière entre la Savoie et la Vallée d’Aoste]


Mateù reprit connaissance dans une inspiration bruyante, comme s’il se noyait. Allongé sur le dos, transi de froid, il ne sentait plus ses membres. Il se tourna sur le côté et vomi une gerbe de sang. S’essuyant du revers d'une main droite soudainement valide, il tenta de se redresser, en vain.

Seuls ses yeux semblaient fonctionner normalement. A première vue, il se trouvait en plein alpage. Le sol était terriblement dur, tant l’herbe était parsemée. La pente était sévère et la position du Baron -la tête dans le sens de la descente- lui torturait le crâne. Face à lui, les sommets alpins enneigés toute l’année.

Alors qu’il se sentait repartir, un bruit retenti…

Des voix, oui, des voix ! De l’aide ! Sa seule chance.

Il tenta de diriger son regard vers celles-ci. A travers un buisson d’Edelweiss, il crut apercevoir une silhouette. Mais la douleur, la fatigue et -surtout- la perte de ses verres grossissants l’empêchaient de la distinguer correctement.

Il ferma les yeux et posa une main sur la poitrine.

La mission semblait avoir été un échec total. Impossible de s’en souvenir. La seule image qui lui venait à l’esprit était un visage angélique, perlé de gouttes de pluie, et encadré de ses propres mains…

Mateù ouvrit douloureusement un œil. La silhouette, toujours floue, grossissait…


_________________
Amour, gloire et... Couvent ? 121212012256130262

- Mateù 'Castel' de Sabran -
Vicomte de Fréjus, Baron de Grimaud, Seigneur de Nans-les-Pins, Seigneur de Lambesc, Seigneur de Callas, Chevalier Teutonique

Revenir en haut Aller en bas
Yluxe
Personnage mort.
Personnage mort.
Yluxe

Nombre d'interventions : 486
Localisation InGame : Disparue
Métier : Fantôme.
Date d'inscription : 18/02/2007

Feuille de personnage
Nom: de Cianfarano
Titre de noblesse: Dona
Fief : Bonnieux

Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? EmptyMar 26 Oct 2010, 13:32

[Et pendant ce temps, à Vera cruz Apt]

Gabcha rédige. Yluxe déguste. Laissez-moi des macarons...Oh! Il n'en reste plus qu'un!
La main de la gourmande s'arrête en plein mouvement.

Sa dernière prise en bouche, elle revient lire derrière son beau-frère. Quelques miettes au goût de fleur d'oranger tombent sur l'écritoire.
A la lecture du brouillon, la dame de Bonnieux avale de travers la dernière bouchée, pourtant exquise.
Il se met à rire. Elle se met à tousser.

Kof Kof
Mais c'est qu'il est coriace ce bout de gâteau...l'oesophage n'est pourtant pas si loin de la trachée!
KOF KOf KOf...

A force d'efforts pour respirer la veuve en pleure, et enlève deux boutons du col de son chemisier, comme si cela l'aiderai à respirer
RRRaaaaa! Kof...
Enfin, le macaron retrouve le chemin physiologique de la digestion.
Yluxe essuie ses larmes d'un revers de manche, alors que l'air retrouve le chemin de ses bronches, soulevant à peine sa maigre poitrine.
Kof...
Gabcha...Kof...
Vous devriez fournir avec la lettre un peu de poison...kof kof
Comment voulez-vous que Prunille, déjà mal en point, prenne cela? Kof kof kof
La manipulation vous sied peut-être. Je ne manie pas bien cet art. Si vous pensez que cela peut produire au contraire un effet bénéfique...Allons-y! Mais la petite n'a-t-elle pas besoin dans un premier temps d'être rassurée?

Elle secoue la tête, encore un hoquet, une quinte de toux, à la vue du gribouillis en bas de page
kof...Croyez-vous que la fausse signature soit indispensable? Kof
Mon cher, quelle est donc la recette de vos macarons pour que de pareilles idées vous viennent ?

Quant à l'allusion à Grimaud, elle plante son regard dans le sien. Il osait lui demander ça à elle! La fidélité incarnée!
Pardon? Moi? Grimaud? Ce vieux décati?
Oups, le peut- être futur époux de sa jeune nièce si celle-ci revenait du couvent. En outre, Yluxe n'était pas bien moins décatie que lui, hum....
J'eus pu lui trouver du charme il est vrai, à une époque. Je ne peux que louer son engagement dans l'ordre teutonique. Et si vous ne doutez de ses engagement envers notre Prunille, alors...

Plus posée, elle lui jette un regard indéfinissable
En ce qui me concerne, je n'ai toujours aimé et désiré qu'un seul homme depuis que j'ai rencontré Rethy. Et cela dure encore...malgré sa disparition.

Se reprenant, elle se redresse et gagne la fenêtre, pensive. Pourquoi cette confidence soudain? Gabcha était habile en manipulation, sans aucun doute...
Raclement de gorge, pour effacer définitivement toute irritation de son larynx

Votre mode d'action est plutôt...elle cherche le terme qui convient...vif; le mien plus...doux. Je ne sais que vous conseillez.
Si cela continue, nous n'aurons pas écrit cette lettre que Prunille aura pris le voile.

Une idée germe.
Et si...si j'allais trouver Grimaud?
Prunille vous défend d'intervenir mais je n'ai reçu aucune consigne...Vous pourrez toujours dire que vous avez tout fait pour m'en empêcher.
Quoiqu'il en soit, elle doit attendre une réponse, pauvre petite! Nous ne savons même pas où elle est à cette heure.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Amour, gloire et... Couvent ? Empty
MessageSujet: Re: Amour, gloire et... Couvent ?   Amour, gloire et... Couvent ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Amour, gloire et... Couvent ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Borkowo 1806 (Jours de Gloire) : Sauveur contre Denis
» Règles Jours de Gloire sous forme de cartes heuristiques
» Commentaires sur les Règles Gloire et Gente Dames
» Medina de Rioseco et Somosierra 1808 (Vae Victis n°83)
» St Thomas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château d'Aix :: Ailleurs en Provence :: Paysage Provençal-
Sauter vers: