Le forum des institutions provençales.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.

Aller en bas 
AuteurMessage
misslafan29
Légende Provençale
avatar

Nombre d'interventions : 12196
Localisation InGame : Arles
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille de personnage
Nom: Ludchance
Titre de noblesse: Còmtessa
Fief : d'Hyères

MessageSujet: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Mar 26 Avr 2011, 16:56

Dans la salle du Conseil Comtal, des discussions s'élevaient... s'élevaient. Parfois un cri surgissait, aussitôt remplacé par des voix, puis une autre voix durant une demie-heure.
Soudain, les discussions se turent. Quelques bruits apparurent.
La porte s'ouvrit, mais sans douceur. Brusquement, les conseillers sortaient, avec des parchemins dans leurs bras.
Parmi eux, Algaranna sortant de la salle du conseil, décomposée par ce qu'elle venait d'apprendre... Elle décida d'aller directement dans son bureau et elle en verrouilla la porte.
Elle s'assit rapidement, prit une feuille vierge et une plume noircie par l'encre. Elle commença à écrire .

Citation :
Bonjour Prunille.

J'étais au Conseil Comtal. On en était aux discussions, et là, J'ai appris une nouvelle effroyable.
Je voudrais savoir si c'est vrai... ou pas, que ce n'est qu'une rumeur horrible.

Je suis vraiment choquée. Père Yueel nous a dit qu'Edorazio, père d'Alexandro, t'a fait une chose immonde...

Il est vrai qu'il t'a violé?

Dis-moi que c'est pas vrai !

Je veux être sûre... Que c'est juste des paroles en l'air.

Dans l'attente de ta réponse... rapide,

Algaranna.


Elle acheva écrire et posa la plume à son endroit. Elle prit le parchemin et le relut.
Puis, elle l'enroula et scella avec son sceau personnel.
En se levant, elle appela un pigeon et mit le parchemin enroulé avec le nom de Prunille de Cianfarano, Dame de Callas, inscrit dessus. Elle murmura à son pigeon :

- Envoie cela à Prunille de Cianfarano. Tu sais où elle habite. Allez, pars!
Le pigeon s'envola par la fenêtre pour se fondre dans l'ombre du soleil couchant. Algaranna le regarda s'éloigner puis retourna à sa place, en prenant une bouteille de bière...
Elle avait besoin de prendre un remontant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prunille
Légende Provençale
avatar

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Mar 26 Avr 2011, 21:13

Maison Cianfarano, la Blonde était très affairée à broder quelque rose d'or sur une robe de soie jaune.
Et à l'exact moment où elle se piquait le bout du doigt avec son aiguille (cela lui arrivait souvent depuis qu'elle avait oublié son dé à coudre en arles), Anastasie fit irruption dans la pièce, une missive en main.
Prunille reposa donc son ouvrage, et décacheta la lettre.
Son regard se posait toujours en premier sur la signature, afin de voir qui donc pouvait bien lui écrire.
Et comme il s'agissait de Miss, les nouvelles ne pouvaient être qu'agréables.

Elle débuta donc la lecture.
Et déchanta dès la deuxième ligne.
Fronça les sourcils à la troisième.
Blêmit à la quatrième.
Poussa un juron à faire rougir un marin à la cinquième.
Puis termina et chiffonna la missive, qu'elle jeta dans un coin de la pièce.

Se lever...
Et faire les cent pas.

Comment avait-il osé ?
Osé trahir son seul secret, le plus cher gardé, celui qu'elle n'avait confié à personne à part lui.
Et le balancer à la figure d'une quinzaine de personne, dont les 3/4 lui étaient hostiles.

Elle s'assied, se sent mal.
Attrape un verre, le remplit de vin, le boit d'une traite.
Et jette rageusement le gobelet contre le mur, les larmes montées aux yeux.

Mais après tout, elle n'en était pas à une humiliation près.

S'asseyant à son bureau, elle se saisit d'un vélin, et d'une main tremblante, rédigea sa réponse à Algaranna.


Citation :
De nous, Prunille de Cianfarano, Dame de Callas,
A vous, Algaranna de Ludchance, Vicomtesse d'Hyères,

    Ma chère amie,

    Je ne puis te décrire dans quel état pitoyable je me trouve depuis que j'ai lu ta lettre. Pardonne-moi de te causer cette peine, mais hélas, Yueel a dit vrai. Il était le seul à connaitre le nom de mon agresseur, même si Oncle Gabcha et Mateù étaient et sont également au courant de mon infortune. J'enrage de lire qu'il a divulgué ce secret, ce nom que je lui avais avoué sous le sceau de la confession. Mon propre frère, je savais qu'il m'avait prise en inimitié depuis que j'ai quitté GaYté, et décidé d'épouser Grimaud, mais jamais je n'ai imaginer qu'il irait révéler ceci devant une quinzaine d'inconnus. Personne ne le savait, personne !

    Seigneur, j'enrage et je ne sais que te dire. A présent, la rumeur va se répandre dans toute la Provence. Je ne crains pas la honte, grâce à mon cher frère et à d'autres j'en suis immunisée... Mais je prie le ciel pour que cette nouvelle ne parvienne pas aux oreilles du pauvre Sandro, à qui j'ai caché cette vérité, dans le souci de le ménager quant aux sulfureux passé de son père, à qui j'ai moi-même pardonné cet égarement, qui lui était venu sous l'emprise du mauvais vin et de quelque insulte de fille de bordel.

    Ma main tremble encore, et je vais aller présentement réfléchir aux suites à donner à cette sombre affaire.

    Je t'embrasse tout de même, si tant est que ce geste ne te répugne point,

    Pru.

Scellant à son tour la lettre, après que l'encre eut séché, elle la confia à Anastasie, avec ordre de la faire porter au plus vite à la Vicomtesse d'Hyères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
misslafan29
Légende Provençale
avatar

Nombre d'interventions : 12196
Localisation InGame : Arles
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille de personnage
Nom: Ludchance
Titre de noblesse: Còmtessa
Fief : d'Hyères

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Mer 27 Avr 2011, 18:12

C'est une mauvais blague?
Elle a été vraiment violé?
Elle n'a pas été violé?
Oui...C'est ca. De Mauvais goût.
Elle na pas été violée...
Pas cette chose...
Non pas ca...


Algaranna marmonnait... elle s'aperçut qu'elle avait vidé sa bouteille sans s'en rendre compte.
- … Il n'y en a plus... J'ai bu autant que ca?

Elle se leva en posant sa bouteille sur le bureau, et se mit à faire les 100 pas.
- Que dois-je faire maintenant ? Oh, j'ai des impôts à faire... Oui, ca va m'occuper l'esprit. Je dois faire les calculs, je dois faire les calculs...

[i]Elle s'assit aussitôt devant son bureau et s'empara des feuilles des impôts déclarés par les maires provençaux, et calcula...Calcula :

- 1250 plus 400 cela fait...1650 ...Puis, je déduis...20 écus et 50 écus...

Elle poursuivit...jusqu'à s'endormir sur son bureau.

Toc, Toc.
Soudain, elle sursauta en entendant les coups contre la porte.

Elle se redressa rapidement, et mit quelques mèches de cheveux en arrière. En vérifiant qu'elle était présentable, elle cria :
- Entrez!

Elle vit Anastasie, la servante de Prunille arriver et lui tendre une missive.
- Oh! Vite, merci!

Elle prit rapidement la missive et la descella. Elle commença à lire.
Arrivée au premier paragraphe, elle blêmit et se laissa tomber sur une chaise.

- C'est donc vrai...

En reprenant sa lettre, elle continua à lire.
- Insultes ? Fille de bordel ? Il a dit ca à Prunille ??! Mon dieu..mon dieu...

En terminant sa lecture, abasourdie, elle lâcha la missive qui tombait doucement par terre.
Elle marmotta pour elle-même .

- Mon dieu...Il l'avait vraiment violé... et Père Yueel n'a pas tenu son secret...Tout le monde va tout savoir... Que dois-je faire ? Oh, je vais lui répondre!
Sous le choc, Miss écarta les feuilles de calcul sur son bureau, qui tombèrent par terre. Elle prit une nouvelle feuille et sa plume.

Citation :
Prunille, ma chère,

J'ai lu ta lettre. Je ne sais pas comment te dire... Je suis vraiment choquée, et surprise, qu'il t'ait fait cette chose. C'est donc vrai ce que Yueel de Cianfarano a dit.

Je suis aussi enragée que Père Yueel de Cianfarano ait divulgé ton secret au Conseil Comtal.
Tu ne mérites pas un tel traitement venant de lui, surtout qu'il est ton frère. Il devrait comprendre cela.
Vraiment, tout le monde ne devrait pas le savoir.

Sandro ne devrait pas savoir la vérité sur son père.

Dis-moi ce que je peux faire pour t'aider. Car tu peux compter sur moi, je te soutiendrai, quoi qu'il arrive.

Je suis sincère, je voudrais tant faire quelque chose pour toi...

Je t'embrasse,

Algaranna.


Elle attendit que l'encre ait séché, et scella la lettre. En se levant, elle appela Anastasie.
- Voici cette lettre. Remettez la à Prunille, s'il vous plaît !
Un moment après, elle entendit la porter claquer...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskander
Fossile Provençal
avatar

Nombre d'interventions : 3396
Localisation InGame : en route
Métier : Berger, ravisseur amateur
Date d'inscription : 07/10/2009

Feuille de personnage
Nom:
Titre de noblesse: Roturier
Fief :

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Mer 27 Avr 2011, 19:14

Tourner et retourner mille fois ma plume dans la bouche.

Ne pas savoir quoi dire. Comprendre enfin leur conversation d'il y a si longtemps.

En être marri d'avoir été si maladroit de n'en avoir rien su, compris, ressenti. De l'avoir juste crue timide, réservée, craintive et ...

Quel nigaud je faisais !

Et pauvre d'elle.

Commencer.

Touver les mots.

Tenter.


Citation :
Prunille,

J'ai appris ton infortune...

Non. Trouver une manière de dire. Autre.

Citation :
Prunille,

Ton frère nous a ...

Non non non mille fois non !

Citation :
Prunille,

Je ne saurais dire à quel point je suis ...

Et puis quoi encore ! Elle a bien besoin de savoir que je suis tournboulé, chamboulé, retourné et quel bien cela lui fera-t-il ?

Et si elle veut oublier cela ?

Baste, elle apprendra toutes les rumeurs bientôt.


Citation :
Prunille,

La vie n'est pas ainsi et ...

Et voilà que je m'instaurais spécialiste de la vie maintenant !

Enfin, je l'avais vu, pendant la guerre, des épisodes de vie comme ceux-là. Mais qui étais-je pour lui prodiguer un conseil qu'elle ne demandait pas, sur un sujet si délicat ?

...

Les première roses étaient écloses. Encore en bouton. Frêles et pleines de promesses. Un parfum délicat naissant.

J'en cueillis une, toute simple, blanche encore.

Et joignis un billet.


Citation :
Pour Prunille, avec toute mon amitié.

Iskander

Et d'envoyer un page porter. Juste un rayon de soleil. Rien de plus. Rien de moins.

_________________
Iskander

"La Nuit vient, éclairée par les étoiles"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prunille
Légende Provençale
avatar

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Ven 29 Avr 2011, 17:46

Retour d'Anastasie, avec la réponse d'Algaranna.
En l'attendant, elle avait tourné en long, en large et en travers.
Passant de la colère aux larmes, et des larmes à un rire nerveux, presque effrayant.

Elle faisait encore des tours, des demi-tours et des détours en lisant la lettre.
Puis, prenant sa servante à témoin :


M'aider...
Pauvre Doyenne... Si pure, si candide...
Plus que moi, qui suis encore pucelle...
Chère Miss, il n'y a rien à faire...


Ce serait d'ailleurs le début de sa lettre.

Citation :
De nous, Prunille de Cianfarano, Dame de Callas,
A vous, Algaranna de Ludchance, Vicomtesse d'Hyères,

    Chère Miss,

    Il n'y a rien à faire...
    Je crois que je suis à présent perdue de réputation.
    Et pourtant, les gens croient savoir, et ne connaissent pas la vérité...
    Je ne devrais sans doute tirer des leçons de cette mésaventure, et me dire de ne plus me confier à personne mais...
    Si tu savais... Violée, mais même pas dépucelée... Seigneur, comme j'ai honte...

    J'espère vivement que tout le conseil s'en tiendra à la même résolution que toi, et n'en avisera pas Sandro.
    Il sera dans mes prières.

    Je t'embrasse,

    Pru.

Et pendant qu'elle écrivait, elle n'avait pas remarqué l'absence d'Anastasie, qui remonta avec...
Une rose, et un autre pli.
Elle le lit.

Le rire glacial reprend.


Une rose blanche, oui...
Symbole de pureté.
Et que t'imagines-tu ?!
Mon sang souillant les draps de ce bordel. Crois-tu que cela, c'est être pure, Iskander ?
Ou alors veux-tu me montrer que tu es pur, alors que tu t'imagines que je ne le suis plus ?


A nouveau, elle regarde la rose.

Non, pas toi...
Iskander ne se moquerait pas.
Il a simplement pitié de mon infortune.


Serrer, dans son poing, le mot, rédigé pourtant avec tant de soin.
Il se chiffonne.


J'en ai marre de la pitié, je n'en veux plus.

Et plantant son regard azur dans les yeux d'Anastasie...

Il me le paiera.

Et s'asseyant à sa table de travail, elle sortit un vélin tout neuf.

Citation :
De nous, Prunille de Cianfarano, Dame de Callas,
A vous, Ludovi de Sabran, Archevêque d'Aix-en-Provence, Comte d'Apt, Seigneur de Rocbaron et de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume,

    Monseigneur,

    C'est une de vos bien infortunées brebis qui prend sa plume en ce jour, afin de vous adresser cette missive. Comme nul en Provence ne l'ignore, vous siégez au Conseil Comtal, sans doute avez-vous donc entendu mon frère, le père Yueel de Cianfarano, prendre la parole ces jours derniers, afin d'annoncer crument que j'avais été, il y a quelques mois, victime d'une... Agression de la part de feu Edorazio de l'Escala. Si le fait de l'agression en elle-même était connu par quelques personnes, parmi lesquelles mon fiancé votre oncle, ou mon oncle Gabcha, ils ignoraient le nom de l'agresseur, que je conservai pour moi-même dans le but de préserver l'honorabilité de sa famille. Seul mon frère était dans la confidence, et pour cause, je lui avais livré ce secret sous le sceau de la confession.
    Certes, il pourra arguer, et le fera sans doute, qu'à l'époque je n'étais point baptisée, alors que l'absolution qui en résulte ne peut être donnée qu'à une personne baptisée. Néanmoins, cette confession s'est faite dans le cadre de ma pastorale, sous le toit de l'archevêché, et je lui avait bien fait jurer de ne point divulguer ce secret, lui m'avait assuré que c'était tout comme une confession. Adoncques, Monseigneur, j'aimerai savoir s'il est normal qu'un prêtre de l'honorable Église Aristotélicienne se permettre de rompre ses promesses, et de divulguer les plus intimes secrets de sa sœur lorsqu'elle est absente, devant une assemblée dont certains des membres lui sont ouvertement hostiles, et, je présume, dans un but purement politique ?

    Dans l'espoir de recevoir prompte réponse,

    Aristotéliciennes amitiés,

    Prunille de Cianfarano,
    Dame de Callas.

Confiant la lettre à Anastasie, avec celle de Miss, elle alla se resservir un verre de vin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
richelieu1
Archevesque d'Ais
Archevesque d'Ais
avatar

Nombre d'interventions : 13427
Localisation InGame : Brignoles
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Nom: Richelieu1
Titre de noblesse:
Fief :

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Sam 30 Avr 2011, 15:12

Rapidement, un pli scellé lui revint.

Citation :
De nous, Ludovi de Sabran, Archevêque d'Aix-en-Provence, Comte d'Apt, Seigneur de Rocbaron et de Sainte-Baume,
A vous, Prunille de Cianfarano, Dame de Callas,


Ma fille,

Le Droit Canon indique très clairement que la confession et l'absolution de l'Eglise libère l’âme du poids du péché, mais n’efface pas la temporalité de celle-ci si elle est connue et hors des loi des hommes.
Ainsi le criminel ne serra pas déchargé de ses responsabilités envers la justice tant que la justice ne déclare pas en avoir fini avec lui.

En revanche nul ne pourra être poursuivi après avoir confessé ses fautes sur le seul fait de la confession, car si elle est faite en privé le confesseur est tenu au secret et est lié par le Très Haut à la garder secrète jusque et après la mort.


Un fidèle ne peut pas recevoir l'absolution, mais sa confession n'en est pas moins privée, comme celle d'un fidèle. Comprenez que votre lettre me trouble, violer le sacrement de la confession est extrêmement grave. Comprenez aussi que je ne puis vous croire sur parole, avant d'avoir moi même auditionner votre frère.

Pouvons nous dans un premier temps nous rencontrer, afin que vous témoigniez devant moi, puis envisager une confrontation avec votre frère ? Soyez assurée que je mènerais cette affaire au bout de son chemin.


Bénédictions,

Ludovi de Sabran, Archevêque d'Aix-en-Provence, Comte d'Apt, Seigneur de Rocbaron et de Sainte-Baume


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prunille
Légende Provençale
avatar

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Dim 01 Mai 2011, 10:43

Réponse rapide.

Citation :
De nous, Prunille de Cianfarano, Dame de Callas,
A vous, Ludovi de Sabran, Archevêque d'Aix-en-Provence, Comte d'Apt, Seigneur de Rocbaron et de la Sainte-Baume,

    Monseigneur,

    Si cela vous sied, venez donc prendre le thé en ma résidence aixoise dès demain, nous pourrons y converser toute à notre aise, et je vous dirai tout ce que vous voudrez savoir.

    Respectueusement,

    Prunille de Cianfarano,
    Dame de Callas
    .

Elle confia le pli à Anastasie, qui décidément faisait bien des allers-retours, et sortit sur le balcon, fumer une réthyrighette et soigner son oranger en pot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
richelieu1
Archevesque d'Ais
Archevesque d'Ais
avatar

Nombre d'interventions : 13427
Localisation InGame : Brignoles
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Nom: Richelieu1
Titre de noblesse:
Fief :

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Dim 01 Mai 2011, 21:16

L'archeveque ayant reçu le pli se mit en route le lendemain à l'heure prévue. Il était accompagné de son secrétaire, et prit la route non à cheval comme il l'aimait ... Mais en carrosse. Mieux selon son rang est ses fonctions selon certains ...

Fichtre connerie !

Arrivant devant la résidence de Prunille, on l'annonça et attendit d'être reçu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prunille
Légende Provençale
avatar

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Dim 01 Mai 2011, 23:06

Ce fut encore et toujours Anastasie qui vint ouvrir.
Respectueusement, elle baisa l'anneau épiscopal, toute déconcertée d'avoir face à elle un archevêque, elle qui n'avait connu que les petits curés de campagne.
Diligemment, elle les introduit au salon, où Prunille attendait, un livre à la main, pleine de fraîcheur dans une jolie robe fleurie.
Car elle ne comptait pas se laisser abattre par cette sombre histoire !

Se levant :


Monseigneur, soyez le bienvenu en mon humble demeure.

Et d'un gracieux geste de la main, elle lui indiqua un fauteuil en face d'elle.
Une fois qu'ils furent tous les deux assis :


Que puis-je vous offrir à boire, Monseigneur ?

Démarrer posément, il n'aurait qu'à choisir quand commencer les "hostilités".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
richelieu1
Archevesque d'Ais
Archevesque d'Ais
avatar

Nombre d'interventions : 13427
Localisation InGame : Brignoles
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Nom: Richelieu1
Titre de noblesse:
Fief :

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Lun 02 Mai 2011, 20:13

L'archevêque était habillé en prélat. Autant il était fier d'être au service du très Haut autant il n'aimait pas l'accoutrement. Non pas qu'il n'était pas mauvais, mais plutôt inconfortable, du moins pour Ludovi. Certains de ses amis le portait très bien. Mais les circonstances comme souvent exigeait le sacerdoce !

Qu'importe il entra et fut accueilli de façon remarquablement protocolaire. Prunille le reçut finalement et lui proposa à boire. L'archevêque y vit immédiatement le moyen de mettre une ambiance chaleureuse et dissimulant l'objet de la visite. Un subterfuge vite démasqué, vu que Ludovi en était également adepte. Bien que noble par naissance, depuis sa mère, Ludovi n'avait appris sa condition qu'à l'âge d'homme. Alors il avait toujours un mal être au fond de lui, lorsqu'il était reçu tel un grand de ce monde, alors qu'on lui donnait des insultes et du bâton quelques années auparavant ... D'où l'obligation qu'il avait d'installer une atmosphère plutôt détendue.

Au vue de la situation, l'archevêque demanda un verre de vin. Le thé, ses ménagères lui recommandait encore et toujours, mais sans doute dans se veines coulaient un peu de sang de son oncle Elyouf. Un bon verre de vin, et rien d'autre !

Puis l'archevêque, confortablement installé débuta son laïus.


Ma fille, j'étais là lorsque le père yueel a dévoilé ce qui vous est arrivé. J'aimerais que vous m'expliquez très exactement comment s'est déroulé votre confession. Ensuite je vous entretiendrait d'un autre sujet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prunille
Légende Provençale
avatar

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Mar 03 Mai 2011, 18:10

D'un petit geste de la main, elle envoya donc Anastasie chercher une bouteille à la cave, et lui préparer une tisane, guère l'envie d'avoir l'esprit égayé en ce jour.

Les mains posées sur ses genoux, la Dame de Callas écouta sagement Monseigneur prendre à son tour la parole.
Un instant de silence se fit, tandis qu'elle tentait de rassembler ses souvenirs.


Sans doute vous rappelez-vous de ma pastorale... Qui commença en mars, et se solda en octobre par mon baptême.
Pastorale qui fut plus longue que d'accoutumée, car Yueel, qui corrigeait mes copies, estimait que je n'étais pas encore prête, et donc trouvait toujours de nouvelles questions, afin d'éprouver ma foi.


Sourit, le regard vague, en se remémorant ces temps heureux.

Afin que je puisse être tout à fait pure pour recevoir ce sacrement (il me semble bien que c'était pour cette raison), il me demanda de lui conter tous mes péchés.
Me remémorant ce qui m'était arrivé quelques semaines plus tôt, je crois bien que je me mis à pleurer, et lui fis jurer que jamais il ne révèlerait ce que je m'apprêtais à lui confier.
Il jura donc que tout cela était comme une confession, bien que je ne puisse pas recevoir l'absolution.
Et donc je lui fis le récit de mes malheurs, lui révélant mon agression, et, persuadée qu'il ne le répèterait jamais, le nom de mon agresseur.


Un léger soupir s'échappa de ses lèvres.

Vous imaginez donc quelle fut ma surprise lorsque mon amie, la Vicomtesse d'Hyères, m'écrivit pour me demander si tout ceci était réel, car Yueel avait soulevé ce fait en plein débats au conseil comtal.

Sur le peu d'honneur qu'il me reste, Monseigneur, je vous jure que seuls Yueel et Edorazio lui-même étaient au courant du nom de l'agresseur, ce qui m'a poussé à vous écrire.


Ses mains jointes se tordirent, car une part d'elle-même aurait voulu qu'elle eut confié ce nom à d'autres, afin de pouvoir encore douter de la culpabilité de son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
richelieu1
Archevesque d'Ais
Archevesque d'Ais
avatar

Nombre d'interventions : 13427
Localisation InGame : Brignoles
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Nom: Richelieu1
Titre de noblesse:
Fief :

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Mar 10 Mai 2011, 22:20

L'archevêque était conscient de la gravité de la situation. Et répondit en premier lieu :

Ma fille, je vous crois. Mais je dois en parler à Yueel pour avoir sa version. Souhaitez vous m'accompagnez ? Ou souhaitez vous que je le fasse seul ?

Puis, sirotant son verre de vin, il ajouta :

Vous n'avez jamais voulu poursuivre Edorazio ? Pardonnez moi mais ... Pourquoi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prunille
Légende Provençale
avatar

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Ven 13 Mai 2011, 10:29

Une confrontation avec Yueel.
Il n'y en avait pas eu depuis...
Depuis qu'il l'avait renvoyée s'occuper de ses cheveux ?
Elle ne savait même plus, cela faisait déjà tant de temps...

S'en accommoder... Il avait bien fallu.
Au moins elle ne le dérangeait plus à lui conter tout ce qui lui passait par la tête.
Et si elle ne s'était pas délivrée de l'amour qu'elle lui portait, du moins en était-elle parvenue à feindre l'indifférence.
Cette affaire de confession avait été le coup de grâce.
A ses "pourquoi ?" elle n'avait pu envisager que deux solutions : La rancœur, qu'elle lui ait préféré Mateù, ou une sorte de tentative désespérée d'attirer son attention.
Mais à la réflexion, cette seconde hypothèse paraissait stupide, peut-être lui cherchait-elle des excuses, tout simplement ?

Elle ne parvenait pas à trancher.


Comme il vous siéra, Monseigneur, je suis à votre entière disposition.

Comme ça...
Quant à la seconde question, elle n'eut cette fois pas de mal à y répondre.


Pas de procès... Car rien n'aurait pu me rendre ce que j'avais perdu.
Pire, la publicité d'une telle affaire aurait vu mon déshonneur affiché à la face de toute la Provence, et j'aurais entraîné ma famille dans mon sillage.
Je les aime, je voulais les protéger du mépris populaire.
Et m'en protéger, aussi, il serait vain de le nier.
Même si, techniquement, je suis toujours pucelle... Personne ne m'aurait épargnée.
Cela me fermait même toute chance d'un jour pouvoir me marier.

Je sais ce que vous allez me dire...
Votre oncle est au courant, du fait, mais j'ai refusé de lui donner le nom d'Edorazio.
Car oui, sans doute cela aurait-il débouché sur un duel...
L'Escala m'avait bien laissé entendre qu'il tuerait celui qui le provoquerait en mon nom, par l'épée ou par quelconque autre moyen.
Je ne voulais pas de mort sur la conscience.


Anastasie fit son entrée, avec le vin pour Monseigneur, du Gevrey-Chambertin.
Et pour elle, une tisane aux plantes et au miel, elle se hâta de boire une gorgée du liquide encore brûlant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
richelieu1
Archevesque d'Ais
Archevesque d'Ais
avatar

Nombre d'interventions : 13427
Localisation InGame : Brignoles
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Nom: Richelieu1
Titre de noblesse:
Fief :

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Sam 04 Juin 2011, 14:10

L'archevêque écouta les explications de Prunille, et ne put qu'admettre que ce crime, aussi odieux qu'il fut, valait mieux être enterré que divulgué. Il afficha un sourire à la fois navré, protecteur et admiratif devant tant d'esprit.

La jeune fille tourmentée avait du caractère, c'était certainement ce qui l'avait sauvé.


Écoutez moi, je vais prendre congé. Je vais convoquer le père Yueel, et déterminer ce qu'il en est. Cependant je me dois de vous demander ce que vous vous souhaitez ?

Je ne laisserai pas passer une telle trahison de la confession, mais .... cela pourrait mener jusqu'à l'excommunication du père Yueel. Avez vous des exigences particulières ?


HRP : Navré pour le retard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prunille
Légende Provençale
avatar

Nombre d'interventions : 5547
Localisation InGame : Dans le fion d'un pingouin
Métier : Motherzilla
Date d'inscription : 30/01/2010

Feuille de personnage
Nom: de Sabran-Cianfarano
Titre de noblesse: Vicòmtessa
Fief : Frais j'eusse

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Mer 08 Juin 2011, 18:42

Surprise.
L’excommunication ?
Yueel excommunié, il en mourrait...


Excommunié...
Non, pas excommunié...
Il mérite le pardon, et la chance d'être accueilli au Paradis Solaire, malgré ses péchés, ne pensez-vous pas ?
Cela arrive à tout le monde de s'oublier, dans un excès de sang, une ivresse passagère, ou simplement de l'inattention...
Même si la faute est grave, je ne veux pas être responsable de la damnation de mon propre frère.

Après tout, il n'a fait que dire la vérité.
Et puis Edorazio est mort, je ne risque plus rien.
J'espère simplement que ses mots ne seront pas parvenus aux oreilles de Sandro.


Gênée, elle reprend une gorgée de tisane, sans lâcher Monseigneur du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
richelieu1
Archevesque d'Ais
Archevesque d'Ais
avatar

Nombre d'interventions : 13427
Localisation InGame : Brignoles
Date d'inscription : 03/02/2007

Feuille de personnage
Nom: Richelieu1
Titre de noblesse:
Fief :

MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   Mer 22 Juin 2011, 20:54

L'archevêque nota les nuances.

Ma fille, je vais demettre le père Yueel de sa fonction de curé. A la fois pour son manque d'investissement auprès de l'Eglise, pour ce terrible manquement du secret, et pour son attitude ne générale.

Pour autant, il restera prêtre.


Puis il se leva. Il ne me reste qu'à prendre congé, si vous n'avez rien à ajouter bien sûr.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Epistolaire... Dites-moi pas que c'est pas vrai.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château d'Aix :: Ailleurs en Provence :: Paysage Provençal-
Sauter vers: